AdobeStock_386367578.jpeg

KINÉTOSE
VOUS SOUHAITE LA BIENVENUE.

 

CENTRE DE TRAITEMENT DU MAL DE MER
BRETAGNE SUD

KINETOSE, des professionnels de santé expérimentés. 

 

KINETOSE vous propose un traitement adapté, conforme aux dernières données de la science pour vous aider à retrouver le plaisir de la navigation.

 

N'hésitez pas à parcourir notre site pour en apprendre plus sur nos services et nos infrastructures.

AdobeStock_311168055.jpeg
AdobeStock_311168055.jpeg

press to zoom
AdobeStock_244737745 (1).jpeg
AdobeStock_244737745 (1).jpeg

press to zoom
AdobeStock_222555401.jpeg
AdobeStock_222555401.jpeg

press to zoom
AdobeStock_311168055.jpeg
AdobeStock_311168055.jpeg

press to zoom
 

COMPRENDRE LE MAL DE MER

cin%C3%A9tose%20info%20JM_edited.jpg
AdobeStock_222555401.jpeg

Le mal des transports ou "Cinétose" se définit comme un trouble ayant pour origine une discordance entre la perception visuelle et la perception vestibulaire en rapport avec un déplacement passif ou actif, réel ou virtuel à bord d’un véhicule, dans un environnement donné.

Il s’agit d’un conflit neuro-sensoriel entrainant des troubles neurovégétatifs importants.

 

Cet état se retrouve en voiture, dans le train, le bus, sur un bateau quelque soit sa taille, en avion...mais aussi au cinéma, sur des manèges de fête foraine, lors des jeux sous réalité virtuelle, les simulateurs de vol ou de conduite.

 

La cinétose n’est pas considérée comme une maladie mais comme une réaction physiologique à des accélérations ou décélérations qui se situent en dehors du seuil d’adaptation ou de susceptibilité de la personne.

Elle toucherait environ 15% de la population générale.

 

Même si la cause et le mécanisme neurobiologique exact de la cinétose sont encore ambiguës, il faut noter l’importance des intégrations des messages sensoriels à différents niveaux neurologiques:

•les noyaux vestibulaires

•le bulbe rachidien

•le contrôle du cervelet

•le thalamus

•les noyaux gris centraux

•le système limbique avec un rôle dans la résolution des conflits

•le cortex vestibulaire (insula) et hippocampe

•les aires pariéto-temporales

•les aires corticales préfrontales.

 

La théorie la plus communément admise dans l’origine des cinétoses est le conflit neurosensoriel par discordance des informations vestibulaires, visuelles et proprioceptives. “Sensory conflict and neural mismatch” de Reason & Brand.

“Le vestibule étant la véritable zone gâchette à partir de laquelle se déclenche la pathologie”.

 

L’importance du système otolithique dans la physiopathologie de la cinétose est indéniable et la sensibilité d’un individu à celle-ci pourrait être due à une asymétrie de fonctionnement des organes otolithiques suite à des inégalités des masses otoconiales.

Il en est de même en cas de conflit entre le système canalaire et le systeme otolithique.

 

La cinétose d’origine purement vestibulaire serait due à l’incapacité du cerveau à intégrer efficacement les accélérations angulaires et linéaires de manière à repositionner la tête dans l’espace.

 

QUELQUES NOTIONS SUR L'OREILLE

L'oreille peut être divisée en trois parties:

1- l'oreille externe avec:

Le pavillon.

Le conduit auditif externe dont la partie externe est fibro cartilagineuse et la partie interne osseuse (méat acoustique de l'os temporal)

 

Le tympan.

2- L'oreille moyenne avec:

 

La caisse du tympan

 

La chaine d'osselets (Malléus, poids 20mg)(Incus, poids de 25mg) (stapès, poids de 3mg), os articulés entre eux grâce à de petites articulations, des ligaments et deux muscles. Ils assurent la transmission des vibrations de la membrane tympanique avec le vestibule.

 

La trompe d'Eustache, conduit osseux et fibrocartilagineux de 3,5 à 4 cm qui unit la caisse du tympan avec le rhino-pharynx.

3- L'oreille interne et ses capteurs vestibulaires (équilibre) et cochléaires (audition).

Le labyrinthe osseux se trouve au cœur du rocher et est constitué d’un os compact, très dur divisé en trois parties dont la taille et l’orientation sont définies à la fin du quatrième mois in-utéro.

La cochlée ou limaçon en forme d’hélice en bas et en avant, c’est le système de l’audition.

Le vestibule (saccule et utricule) au centre et les trois canaux semi-circulaires en haut et en arrière qui appartiennent au système de l’équilibration.

 

Comblant en partie ce labyrinthe osseux, nous retrouvons le labyrinthe membraneux séparé de ce dernier par le liquide périlymphatique riche en sodium (Na). Ce labyrinthe membraneux contient les cellules sensorielles de l’équilibration.

Les trois canaux semi-circulaires ont une forme en arc de cercle dans les trois plans de l’espace.

Nous distinguons le canal antérieur (supérieur), le canal horizontal (latéral) et le canal postérieur. Ils sont perpendiculaires entre eux et sont connectés sur le vestibule. Chaque canal à un diamètre de 1mm environ et présente une dilatation nommée « ampoule » où se trouvent les capteurs sensoriels.

Chaque capteur possède une crête avec des cellules ciliées et une formation gélatineuse (cupule) qui comble l’espace jusqu’à la partie supérieure en obstruant l’ampoule.

 

Le vestibule membraneux possède deux parties, l’utricule et le saccule orientées perpendiculairement l’une de l’autre.

Nous y retrouvons des cellules ciliées sensorielles recouvertes d’une structure gélatineuse (macule – surface de 0,5mm²) sur laquelle se trouvent des cristaux de carbonate de calcium (otolithes ou otoconies / CaCO³ - densité 2,6).

 

L’orientation des canaux semi-circulaires, des ampoules, de l’utricule, de la saccule et de toutes les cellules sensorielles est d’une extrême importance tant anatomique que physiologique et explique un grand nombre de pathologies vestibulaires. 

Dans le labyrinthe membraneux circule un liquide appelé endolymphe source de pathologies et riche en potassium (K).

D’un point de vu physiologique, les cellules sensorielles des canaux semi circulaires codent les accélérations giratoires ou angulaires lors des mouvements de la tête ou du corps. Les cellules sensorielles des macules otolithiques codent les accélérations linéaires. Le capteur utriculaire est stimulé par la pesanteur de façon statique comparable à un fil à plomb ou le plomb est remplacé par du calcium.

AdobeStock_214790504 (1).jpeg

On peut répertorier six conflits sensoriels majeurs responsables du mal des transports:

Catégorie A = conflit entre les informations visuelles (VIS) et vestibulaire. (VES)

A1 = VIS different de VES:
les deux systèmes donnent des informations de mouvement mais elles sont contradictoires et il existe un désaccord spatiotemporel. Exemple: regarder des vagues en étant sur un bateau.

A2=VIS++ VES-
La vision donne des informations de mouvement mais pas le système vestibulaire, le corps n’est pas en mouvement. C’est le cas d’un défilement de la scène sans accélération linéaire ni angulaire. Exemple: simulateur, train, cinéma, réalité virtuelle.

A3 = VIS - - VES ++
Le système vestibulaire indique un mouvement mais pas la vision. Il y a par conséquent un excès de stimulation vestibulaire.
Exemple: lire un livre en bateau ou en voiture.

Categorie B - conflit entre le système canalaire (SC) et le système otolithique (OT).

Il s’agit d’un conflit entre les cinq capteurs vestibulaires qui se produit lors de mouvements passifs, lents avec une période comprise entre 0,1 et 0,5 Hz qui se traduit par des nausées et de forts vomissements.

Lors d’accélérations linéaires verticales et horizontales avec une fréquence autour de 0,2 Hz, le sujet ressent une forte cinétose avec une sensation de retournement.

B1 = SC différent de OT
C’est une réaction vestibulaire à la force de Coriolis lors d’un mouvement de la tête dans un axe diffèrent de l’axe de rotation du corps. Exemple: mouvement de la tête en avant ou en arrière pendant une ! rotation autour de l’axe vertical du corps. Test provocateur de Lansberg.

B2=SC++ OT--
Lors d’une stimulation des canaux semi circulaires mais pas des otolithes. Exemple: épreuve calorique, mal de l’espace, mouvement de la tête en hypogravité.

B3=SC-- OT++
Lors d’une rotation à vitesse constante du corps autour de son axe longitudinal, la personne étant couchée à l’horizontal. Le système otolithique est stimulé de façon excessif.

Echelle de Graybiel et Miller.

Il s’agit d’un classement des différents niveaux de sévérité des symptômes du mal des transports. Un score de retentissement est établi afin de classer les patients selon leurs symptômes. Un total égal ou supérieur à 16 points montre une cinétose sévère.