AdobeStock_386367578.jpeg

KINÉTOSE
VOUS SOUHAITE LA BIENVENUE.

 
 

Tout savoir sur le mal de mer ou naupathie

Nous vous invitons à découvrir les dernières informations et travaux scientifiques de recherche sur le mal de mer.

Comment survient le mal de mer?

Quels sont les symptômes?

Comment faire une fois à bord de votre bateau,

Comment traiter le mal de mer?   

AdobeStock_311168055.jpeg
AdobeStock_311168055.jpeg

press to zoom
AdobeStock_244737745 (1).jpeg
AdobeStock_244737745 (1).jpeg

press to zoom
IMG_2036
IMG_2036

press to zoom
AdobeStock_311168055.jpeg
AdobeStock_311168055.jpeg

press to zoom

COMPRENDRE LE MAL DE MER

cin%C3%A9tose%20info%20JM_edited.jpg
AdobeStock_222555401.jpeg

Le mal des transports ou "Cinétose" se définit comme un trouble ayant pour origine une discordance entre la perception visuelle et la perception vestibulaire en rapport avec un déplacement passif ou actif, réel ou virtuel à bord d’un véhicule, dans un environnement donné.

Il s’agit d’un conflit neuro-sensoriel entrainant des troubles neurovégétatifs importants.

 

Cet état se retrouve en voiture, dans le train, le bus, sur un bateau quelque soit sa taille, en avion...mais aussi au cinéma, sur des manèges de fête foraine, lors des jeux sous réalité virtuelle, les simulateurs de vol ou de conduite.

 

La cinétose n’est pas considérée comme une maladie mais comme une réaction physiologique à des accélérations ou décélérations qui se situent en dehors du seuil d’adaptation ou de susceptibilité de la personne.

Elle toucherait environ 15% de la population générale.

 

Même si la cause et le mécanisme neurobiologique exact de la cinétose sont encore ambiguës, il faut noter l’importance des intégrations des messages sensoriels à différents niveaux neurologiques:

•les noyaux vestibulaires

•le bulbe rachidien

•le contrôle du cervelet

•le thalamus

•les noyaux gris centraux

•le système limbique avec un rôle dans la résolution des conflits

•le cortex vestibulaire (insula) et hippocampe

•les aires pariéto-temporales

•les aires corticales préfrontales.

 

La théorie la plus communément admise dans l’origine des cinétoses est le conflit neurosensoriel par discordance des informations vestibulaires, visuelles et proprioceptives. “Sensory conflict and neural mismatch” de Reason & Brand.

“Le vestibule étant la véritable zone gâchette à partir de laquelle se déclenche la pathologie”.

 

L’importance du système otolithique dans la physiopathologie de la cinétose est indéniable et la sensibilité d’un individu à celle-ci pourrait être due à une asymétrie de fonctionnement des organes otolithiques suite à des inégalités des masses otoconiales.

Il en est de même en cas de conflit entre le système canalaire et le systeme otolithique.

 

La cinétose d’origine purement vestibulaire serait due à l’incapacité du cerveau à intégrer efficacement les accélérations angulaires et linéaires de manière à repositionner la tête dans l’espace.